News: Industry News

Conserver notre pertinence en l’absence de nos revenus traditionnels : un message de Ralph Suppa

September 9, 2020   (0 Comments)
Share |

« En période de turbulence, le plus grand danger n’est pas la turbulence en soi mais le recours à la  logique d’avant » – Peter Drucker.

La menace sanitaire et le ralentissement économique causés par le coronavirus obligent les entreprises membres à restreindre leurs déplacements et leurs dépenses non essentielles. Cela signifie que le modèle traditionnel des associations, qui s’articule autour de conférences et de rencontres en face‑à‑face, est confronté à une crise existentielle. À l’instar des détaillants locaux qui se sont empressés de créer un site de cybercommerce pour pouvoir servir leurs clients pendant le confinement, les associations professionnelles doivent repenser leur modèle de gestion.

La pandémie l’a tout simplement fait passer en overdrive. Notre devise doit être : le contenu est roi, la prestation est virtuelle. Si nous ne pouvons pas faire venir nos membres à des rencontres des Régions ou à des démonstrations de produits, nous allons devoir trouver de nouvelles façons, pertinentes et interactives, de mettre à leur disposition des activités de formation et de réseautage, des données et des informations sur l’industrie.

Ce nouveau modèle coûte moins cher et donne plus de résultats. Et surtout, il permet d’accueillir davantage de personnes dans notre communauté des entreprises de plomberie et de chauffage. À court terme tout au moins, tant que la COVID-19 reste le principal agent perturbateur de l’économie mondiale, les activités organisées en ligne par l’ICPC permettent de faire participer les gens là où ils se trouvent, que ce soit à Victoria ou à St. John’s. Autrement dit, le rayon d’action de l’ICPC est désormais illimité.

De façon générale, ce virage sera bénéfique pour l’industrie car il lui permettra d’être plus inclusive et de mettre à profit une base de données déjà considérable. Nos formations et nos webinaires coûtent moins cher lorsqu’ils sont dispensés en ligne, de sorte qu’il sera plus facile pour les compagnies membres d’avoir des employés mieux informés et, partant, plus productifs.

Selon Michael Hansen, PDG de Cengage, une entreprise spécialisée dans l’apprentissage numérique et les manuels scolaires en ligne, « il faut être à l’avant-garde et ne pas rester dans le déni ou se mettre la tête dans le sable en espérant que les choses iront mieux ». Au cours des dernières années, nous avons eu l’occasion de parler des cinq facteurs qui risquent de déstabiliser notre industrie. Ces facteurs obligent l’ICPC à commencer à envisager de moderniser ses opérations, à l’aube de sa 87e  année d’existence. Nous avions déjà procédé à certains changements, mais la pandémie nous a obligés à intensifier nos efforts dans ce sens.

Lorsque la pandémie sera terminée, et nous espérons que ce sera pour bientôt, bon nombre des institutions de notre société resteront marquées à jamais. Le petit détaillant qui a créé un site de cybercommerce n’y renoncera pas. Il rouvrira les portes de sa boutique, certes, mais il continuera d’aller  chercher les consommateurs là où ils sont, c’est-à-dire en ligne. L’ICPC va en faire autant. Nous devons poursuivre nos efforts pour que la communauté des entreprises de plomberie et de chauffage soit engagée et inclusive. Nos tactiques ont changé. À l‘ICPC, nous ne restons pas inactifs.  Nous voulons nous transformer pour pouvoir offrir plus d’avantages à un plus grand nombre d’entreprises, notre priorité étant, pour le court terme, de préserver notre pertinence en l’absence de nos revenus traditionnels.